Gaita : une maison passive à énergie positive

, , Leave a comment

Passive et à énergie positive, la maison construite à Issy-les-Moulineaux de Pascal Gontier est un modèle d'éco-conception. L'architecte, connu pour ses nombreux projets présentant des enjeux environnementaux forts apporte par cette réalisation sa vision et ses solutions architecturales pour répondre à ce qu'il nomme « l'urgence écologique ».

 

Une maison qui produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme

Pour lui, l'enjeu est de taille puisqu'il s’agit de démontrer d’une part que l’on peut aller au-delà des standards et labels actuels les plus performants et d'autre part que le bâtiment à énergie positive peut trouver sa place dans un tissu urbain dense. Une maison passive correspond à une demande en chauffage équivalente à 15 kW.h/m²/an (équivalent au label allemand "passivhaus" ainsi que son équivalent suisse Minergie P, le standard européen le plus élevé en matière de consommations énergétiques.) Du fait du choix des techniques employées, la maison Gaita va encore plus loin.

Le bâtiment est également "à énergie positive", c'est-à-dire qu’il produit plus d’électricité photovoltaïque que ce qui lui est nécessaire pour couvrir l’ensemble de ses propres besoins énergétiques (y compris l’électroménager) et répond aux exigences de la RT 2020. Le bilan énergétique global est de + 1.3 KwhEp/m²/an.

 

L'écologie comme source de créativité architecturale

C'est dans un esprit qui met en avant l'équation écologie= source de plaisir architectural que Pascal Gontier a pensé cette maison. Pour lui, l'important est d'envisager l'architecture comme devant précéder la technique et non l'inverse. Cela sous-entend que les nouveaux enjeux environnementaux ne doivent pas être des contraintes pour l'architecte mais des sources d'inspiration et d'inventivité. Il propose notamment une architecte qui tend à s'éloigner d'une compacité maximale du bâti permettant des réductions énergétiques intéressantes mais au détriment d' ouvertures vers l'extérieur.

Ici, la maison contemporaine dite « d'architecte » dispose de larges fenêtres et a été revêtue d’un bardage en bois peint en noir. Cette couleur a été choisie pour ses qualités de réflexion de la lumière qui est accentué par le caractère rugueux de la surface des façades. La structure en bois très fortement isolée a été préfabriquée en Autriche, dans le Voralberg.

 

L'accent sur les panneaux solaires photovoltaïques

Tout d'abord, les besoins énergétiques de la maison sont entièrement assurés par les panneaux solaires photovoltaïques. Le chauffage est géré par le système de géothermie. Les matériaux ont été choisis en tenant compte de leur bilan écologique, de façon à minimiser l’énergie grise liée à la construction du bâtiment. La maison dispose d'un système de récupération des eaux de pluie pour l’arrosage et les sanitaires. Isolation performante faite de matériaux naturels (ouate de cellulose et laine de bois), optimisation de éclairage naturel, toiture végétalisée et triple vitrage contribue aux bons résultats énergétiques du bâtiment.

Enfin, la ventilation de la maison est assurée par un dispositif alternatif innovant de ventilation naturelle hybride permettant la récupération d’énergie sur l’air extrait grâce à un circuit d’eau. Ce système permet d'éviter les consommations électriques non négligeables d’une ventilation mécanique double flux et d’atteindre des niveaux de consommations d’énergies inférieures à celles d’une maison "passive". Pour Pascal Gontier, « le surcoût approximatif peut être estimé à 5 à 6% du coût de construction. Je ne tiens pas compte des surcoûts de maîtrise d’œuvre qui sont très importants, liés au caractère expérimental du projet. La mise au point du système de ventilation a, à lui seul, nécessité des études très importantes ».

 

Leave a Reply

(*) Required, Your email will not be published